Ça fait des années maintenant que je ne regarde plus les journaux télévisés ou papiers, ni autre reportage, parce que ce qu'on nous y montre, nous divise.

En novembre 2013, j'ai pourtant vu un documentaire qui m'a glacée le sang, celui de monsieur Kassovitz, décrivant la montée en puissance d'un homme, qui a changé le monde à jamais. Ce n'était, pour beaucoup, que le passé et certains au mieux n'en avaient rien à faire, au pire, criaient au mensonge et à la propagande. Ce qui m'a effrayée était que j'ai reconnu l'Allemagne d'avant guerre en la France d'aujourd'hui, à ceci près qu'elle n'en veut pas à ceux qui se sont enrichis, mais à ceux qui bénéficient des aides multiples.

Chômage croissant, appauvrissement sociale, montée de la délinquance et la presse qui s'en fait l'écho à outrance. Je me suis mise à pleurer. La peur de voir à nouveau les horreurs du passé ressurgir m'a envahie. J'en ai parlé autour de moi et personne n'a compris mes craintes. Certains même trouvaient ce phénomène logique et normal. 

Hier, le FN a été élu aux élections européennes. Mon sentiment est devenu réalité et personne ne semble s'en soucier. La France qui m'a vue naître et grandir n'a pas toujours été tolérante. Une couleur de peau ne peut pas être cachée. Mais, à cette époque, pas si lointaine, le raciste ne se vantait pas de l'être. Il se cachait pour discourir sur ses convictions. Lui et ses amis formaient une société secrète dont on connaissait l'existence, mais se montrer équivalait à être rejeté de la société. Aujourd'hui, elle s'exhibe, se déploie et se renforce dans un contexte de lendemains sans espoir. Des personnes, qui n'auraient jamais pactisé avec le diable, se jettent dans ses bras. 

France, as-tu oublié tes années noires ? As-tu oublié que ta victoire a été décidée et non pas établie de faits ? Te souviens-tu que ton gouvernement avait choisi de collaborer ? As-tu oublié que tes Justes et tes résistants étaient pourchassés et abattus ? As-tu oublié la faim, la peur, la douleur ? France ne te laisse pas bercer d'illusions ! Rappelle-toi de ta devise : liberté, égalité, FRATERNITÉ. Souviens-toi de ceux qui sont morts pour elle. S'il te plaît, ne laisse pas le capitalisme et la mondialisation avoir raison de ton drapeau. Pas le bleu, blanc, rouge de la haine, non ! Le bleu, blanc, rouge des droits de l'homme, oui !!!

France, ils veulent te faire croire que l'étranger est l'ennemi, et qu'il n'y a pas d'autre moyen, pour que tu guérisses, que de faire des choix extrêmes. Eux n'ont pas de problèmes d'argent. Eux ont une rente à vie parce qu'ils ont un jour occupé un poste. Eux te disent que ton voisin te volent. Eux emportent loin de toi tes richesses. Eux t'empêchent de travailler pour avoir de plus grosses rentes. Eux se fichent que tu puisses avoir un toit sur la tête ou nourrir ta famille. Eux ont l'argent et le pouvoir et te font croire ce qu'ils veulent que tu crois. Ils ont anéanti le monde que tu as construit. Ils ont écrasé tes espoirs de lendemains meilleurs. Ils t'enverront te battre contre tous les ennemis qu'ils t'inventeront. Occupée à essayer de survivre, ils te regarderont t'épuiser et mourir et iront conquérir un autre monde à détruire.

France, tes enfants qui le peuvent fuient et ceux qui ne le peuvent pas souffrent. France unis-toi à nouveau ! Ton chômeur n'est pas l'ennemi de ton travailleur, ton malade n'est pas l'ennemi de ton bien-portant, ton fonctionnaire n'est pas l'ennemi de ton travailleur dans le privé, ton enfant n'est pas l'ennemi de ton aîné. France, il est temps que tu retrouves et ouvre ton coeur pour y puiser le courage et la force de t'unir afin que ton Histoire ne se répète pas, et qu'enfin ton gouvernement échoue dans son plan. Montre-lui que tu es plus intelligent qu'il ne le pensait. L'union fait la force, ne le laisse pas accroître les divisions qu'il a créées.

France réveille-toi !